Réformiste or not Réformiste ! ! !

Journée de solidarité : ça passe pour 64 ETAM, ça casse pour les 1731 cadres

Le 18 Mars dernier s’est tenue la dernière réunion de négociation sur les modalités d’accomplissement de la journée de solidarité 2016. A cette occasion, la CFDT Astek a formulé la proposition suivante :

  • La journée de solidarité consistant habituellement à retirer un JRTT, fait mécaniquement travailler le salarié 1 journée de plus dans l’année, pour laquelle Astek facture une journée de prestation au client, et que le salarié Astek accomplit sans être rémunéré en contrepartie !
  • Les calculs estimaient que cette journée de Solidarité, après la cotisation de 0.3 % de la Masse salariale, rapportait approximativement pour Astek 1/2 journée de bénéfice par salarié.

  • De ce fait, la CFDT estimait indispensable d’introduire une contrepartie de redistribution sous forme de repos gratuit (congé ou RTT offert) d’une partie des bénéfices que cette journée rapporte à l’employeur.

Au sortir de cette réunion de Négociation, l’espoir était grand d’avoir été entendu par la direction pour qui, « Why not » , négocier sur un décompte d’1/2 RTT était envisageable.

Hélas le 27 Avril dernier la direction a refroidi quelque peu l’espoir d’un accord gagnant-gagnant en déclarant qu’après étude de nos différentes propositions, la Direction maintenait sa position : journée « offerte » aux ETAM et retrait d’un CTD pour les cadres à hauteur de 0,5 RTT employeur, 0,5 RTT employé.

Nous nous réjouissons pour les 64 salariés ETAM (non-cadres) que compte le groupe, mais que le décompte d’1/2 RTT se transforme en 0,5 RTT employeur + 0,5 RTT employé pour les 1731 salariés restant, décemment : Ce n’est pas acceptable pour la CFDT !

Avec la CFDT, bâtissez notre monde professionnel de demain !

La Loi EL KHOMRI

Après différentes oppositions et contre-propositions de la CFDT sur le contenu de la loi « Travail » à l’initiative de la ministre Myriam El KHOMERI, cette dernière va prochainement être débattue par les parlementaires. 

Plutôt qu’une posture de contestation systématique consistant à demander le retrait de la loi sans autre forme de procès, la position de la CFDT au niveau National était avant tout de faire des contre-propositions en faveur de l’emploi.

Cette position a fait débat, mais ne peut être taxée d’immobilisme ! 

L’approche de la CFDT, au coté de la CFTC, l’UNSA et la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), a démontré que les syndicats en France pouvaient être réformistes et force de proposition face aux mesures urgentes, pas toujours populaires, qu’impose un niveau de chômage élevé. 

Cela nécessite des compromis avec des contreparties, mais des compromis qui ne doivent pas non plus être caricaturés ! 

En interne, le Syndicat CFDT de la branche Informatique – Conseil – Publicité (BETOR-PUB),  dont dépend la section CFDT Astek, était divisé sur l’avant-projet de loi, et a décidé de ne se prononcer qu’à l’issue d’une présentation et d’une analyse du nouveau texte. Ce qui témoigne de la diversité et de la liberté des courants d’opinions au sein-même de la CFDT. 

Ce 3 mai, les parlementaires devront tenir compte de ce contexte, en respectant le débat riche et démocratique auquel nous sommes tous attachés (et qui se prolonge avec le mouvement « Nuit debout »). Afin que le pouvoir législatif propose une réforme juste et équitable pour tous les Français !)

Fermer le menu