Handicap, un non-sujet au sein du Groupe !

Déclaration au CE du mois d'avril 2016

Depuis des années, la section CFDT a fait des propositions sur le Handicap. Mais rien n’avance, côté Direction, qui semble encore préférer payer plus de 400 000 euros de contributions AGEFIPH 2015 plutôt que de remplir ses obligations.

En 2015, seuls 13 de nos collègues sur 1797 sont concernés par la reconnaissance d’un Handicap. En revanche, la direction ne présente aucune mesure mise en œuvre pour leur faciliter leur vie professionnelle, hormis peut-être l’adaptation de leur poste de travail. 

Pourtant, l’entreprise se targue sur son site internet :« Astek croit en la responsabilité civique des entreprises ainsi qu’à l’importance croissante des questions de développement durable dans les relations commerciales. » ou encore « Entreprise citoyenne et responsable, Astek veut être acteur d’une démarche d’amélioration de ses environnements sociaux, économiques et écologiques ».

Le rapport de la direction sur « L’emploi des travailleurs handicapés » d’une année sur l’autre ne change guère et ne reflète aucune volonté de nos dirigeants pour mettre en œuvre une réelle politique sur ce sujet.

Et, pourtant, l’AGEFIPH propose une offre d’interventions complémentaire des aides de droit commun, composés de services, de prestations et d’aides destinés aux personnes handicapées et aux entreprises.

Une convention collective, ce n’est pas juste fait pour décorer les affichages obligatoires de Direction !

Déclaration au CE du mois de mars 2016

La CFDT-F3C est signataire au même titre que l’organisation patronale SYNTEC de la convention collective nationale des bureaux d'études techniques, des cabinets d'ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils (Brochure N° 3018).

L’équipe CFDT Astek affiliée à la Fédération Communication Conseil Culture rappelle à la direction, que notre entreprise adhérente du SYNTEC se doit d’appliquer la convention dans son intégralité.

Dans son arrêt du 4 novembre 2015 concernant la société Altran technologies, la Cour de Cassation a d’ailleurs rappelé que « lorsqu'un employeur est lié par les clauses d'une convention collective, ces clauses s'appliquent au contrat de travail, sauf stipulations plus favorables et que le salarié ne peut renoncer aux droits qu'il tient de la convention collective ; ».

La loi El Khomri !!! Iniquité et paupérisation des salariés

Le coin des Stats contre les idées reçues

Avant de parler de cette… loi, il est important de revenir sur la fébrilité apparente des Syndicats patronaux français pour qui, rappelons le, « le CDI est excessivement inquiétant et anxiogène ».

Ainsi, les entreprises n’embaucheraient pas parce qu’il serait difficile de se séparer !

Un peu comme un futur époux (ou une future épouse) qui n’accepterait le mariage qu’en prévoyant déjà la séparation ! Quel romantisme !

Fluctuat Nec Mergitur !!!

Astek, VW et René GIRARD

Quel rapport entre Astek, Volkswagen et René Girard vous dites vous ? Volkswagen, LE bon élève de l’industrie allemande, le « top-modèle » industriel européen cabossé récemment par un scandale de tricherie de grande ampleur. Le constructeur a choisi de faire son mea culpa, partant du principe qu’il valait mieux admettre la réalité plutôt que de perdre toute crédibilité en feignant l’innocence, l’indignation ou la négation des faits.

La CFDT mobilisée sur le climat

La CFDT milite depuis plusieurs mois pour la conclusion d’un accord ambitieux lors de la COP 21. La mobilisation de l’ensemble des acteurs de la société civile est l’une des clés de réussite pour cet accord. À la suite des attentats de Paris, la marche initialement organisée dimanche pour le climat a été remplacée par différentes initiatives, auxquelles la CFDT se joint.

La CFDT avait prévenu !

Astek et les révélations de la presse quant aux pratiques de licenciements abusifs du groupe.

Des révélations d’une extrême gravité viennent d’ébranler le groupe via la parution coup sur coup d’articles de presse1 décrivant un processus de planification et d’organisation des licenciements de nos collègues. Une telle pratique contreviendrait totalement à l’article 1134 du Code civil qui énonce que : Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites. Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise. Elles doivent être exécutées de bonne foi.

Audience solennelle de rentrée au Conseil de Prud’hommes de Boulogne-Billancourt le 20 janvier 2014.

Étaient présents : le Ministère Public, le 1er président de la Cour d’Appel de Versailles, le président du tribunal de Grande Instance de Nanterre, les édiles de Boulogne--Billancourt, le Président, Vice Président du Conseil, les Présidents de section. Le substitut du Procureur a discouru longuement sur le Harcèlement Moral et a dit rester très vigilant sur les saisines dont il a fait et ferait l’objet. 

Pages