CE

La CFDT prône la codétermination à la Française

Déclaration de la CFDT au CE: Mars 2018

Un futur projet de loi, intitulé Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte), devrait être présenté en Conseil des ministres au printemps. Il comporterait six thématiques : la création et la croissance ; le partage de la valeur et l’engagement sociétal des entreprises ; leur financement ; la numérisation et l’innovation ; la simplification ; la conquête de l’international. En vue d’élaborer ce projet de loi, des consultations ont été lancées.

Déclaration CFDT au Comité d’Entreprise - Novembre 2017

A quand un dialogue social de Qualité ?

L’Organisation internationale du travail (OIT) le définit ainsi : « Le dialogue social inclut tous types de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations (…) selon des modalités diverses sur des questions relatives à la politique économique et sociale présentant un intérêt commun. Il peut prendre la forme d’un processus tripartite (…) ou de relations bipartites (..). Les processus de dialogue social peuvent être informels ou institutionnalisés ou associer (…) ces deux caractéristiques. (…) L’objectif principal du dialogue social en tant que tel est d’encourager la formation d’un consensus entre les principaux acteurs du monde du travail ainsi que leur participation démocratique. Les structures et les processus d’un dialogue social fécond sont susceptibles de résoudre des questions économiques et sociales importantes, de promouvoir la bonne gouvernance, de favoriser la paix et la stabilité sociale et de stimuler l’économie. »

Loi travail : Ce qu'il faut retenir du texte.

Déclaration au CE du mois d'août 2016

À l’issue d’un parcours d’obstacles qui a vu se succéder les versions (et visions) du projet de loi, que faut-il retenir du texte définitivement adopté le 21 juillet et publiée au Journal officiel du 9 août sous le nom de Loi 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

Au terme de cinq mois de débats et polémiques, le projet de loi Travail a été définitivement adopté à l’Assemblée nationale ce 21 juillet. 

Handicap, un non-sujet au sein du Groupe !

Déclaration au CE du mois d'avril 2016

Depuis des années, la section CFDT a fait des propositions sur le Handicap. Mais rien n’avance, côté Direction, qui semble encore préférer payer plus de 400 000 euros de contributions AGEFIPH 2015 plutôt que de remplir ses obligations.

En 2015, seuls 13 de nos collègues sur 1797 sont concernés par la reconnaissance d’un Handicap. En revanche, la direction ne présente aucune mesure mise en œuvre pour leur faciliter leur vie professionnelle, hormis peut-être l’adaptation de leur poste de travail. 

Pourtant, l’entreprise se targue sur son site internet :« Astek croit en la responsabilité civique des entreprises ainsi qu’à l’importance croissante des questions de développement durable dans les relations commerciales. » ou encore « Entreprise citoyenne et responsable, Astek veut être acteur d’une démarche d’amélioration de ses environnements sociaux, économiques et écologiques ».

Le rapport de la direction sur « L’emploi des travailleurs handicapés » d’une année sur l’autre ne change guère et ne reflète aucune volonté de nos dirigeants pour mettre en œuvre une réelle politique sur ce sujet.

Et, pourtant, l’AGEFIPH propose une offre d’interventions complémentaire des aides de droit commun, composés de services, de prestations et d’aides destinés aux personnes handicapées et aux entreprises.

Une convention collective, ce n’est pas juste fait pour décorer les affichages obligatoires de Direction !

Déclaration au CE du mois de mars 2016

La CFDT-F3C est signataire au même titre que l’organisation patronale SYNTEC de la convention collective nationale des bureaux d'études techniques, des cabinets d'ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils (Brochure N° 3018).

L’équipe CFDT Astek affiliée à la Fédération Communication Conseil Culture rappelle à la direction, que notre entreprise adhérente du SYNTEC se doit d’appliquer la convention dans son intégralité.

Dans son arrêt du 4 novembre 2015 concernant la société Altran technologies, la Cour de Cassation a d’ailleurs rappelé que « lorsqu'un employeur est lié par les clauses d'une convention collective, ces clauses s'appliquent au contrat de travail, sauf stipulations plus favorables et que le salarié ne peut renoncer aux droits qu'il tient de la convention collective ; ».